Dating femme europe de lest

11La diversité des situations à l’intérieur de l’Union s’est fortement accentuée avec l’élargissement, non seulement du fait de l’entrée de pays d’Europe centrale dont les populations décroissent mais également avec celle de Chypre dont la croissance, principalement migratoire, est soutenue.Ainsi, sur les 10 nouveaux membres, 5 ont enregistré une diminution de leur population en 2004 (tableau B).La part de la migration nette dans l’accroissement total de l’Union dépasse, en moyenne, 80 % depuis 2000.5Dans tous les pays d’Europe de l’Ouest la population croît, à l’exception de l’Allemagne où la réduction du solde migratoire, depuis 2003, ne permet plus de compenser l’excédent des décès sur les naissances.Sept d’entre eux ont, en 2005, une population moins nombreuse qu’en 2000.Dans chacun des pays issus de l’ancien bloc de l’Est, sauf en Albanie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine et Slovaquie, le nombre de décès dépasse celui des naissances, le plus souvent, depuis le début des années 1990.Cette perte, qui avait tendance à s’accroître au fil des ans, s’est quelque peu résorbée en 2004, le solde naturel passant de – 1,12 à – 0,68 million [3] Effectif de la population (en millions d’habitants) Variation moyenne annuelle de la période 2000-2004 (en millions d’habitants) Taux de croissance moyen annuel de la période 2000-2004 (pour 1 000 habitants) 1er janvier 2000 1er janvier 2005 Totale Due à l’accroissement naturel Total Dû à l’accroissement naturel Europe occidentale 387,3 397,6 2,1 0,4 5,2 1,0 Europe centrale 121,6 119,4 0,4 0,1 3,7 1,0 Europe orientale 86,6 83,5 0,6 0,4 7,4 4,3 Russie 145,6 143,5 0,4 0,9 2,9 6,3 Ensemble de l’Europe 742,3 745,2 0,6 1,0 0,8 1,3 États-Unis 280,7 295,2 2,9 1,6 10,0 5,7 Japon 126,9 127,6 0,1 0,2 1,1 1,2 Europe des Quinze 375,4 385,3 2,0 0,4 5,2 1,0 Nouveaux pays membres 74,9 74,2 0,2 0,1 2,1 1,1 Europe des Vingt-Cinq 450,3 459,5 1,8 0,3 4,0 0,7 Source: ODE 2C’est dans les États anciennement socialistes et notamment dans ceux issus de l’éclatement de l’ancienne URSS, tout particulièrement en Russie, que la diminution de la population est la plus nette.

En effet, ces mouvements ne se limitent pas à des départs vers des pays riches et à des arrivées en provenance de l’ancien bloc soviétique mais ils sont également constitués d’échanges intra-régionaux qui concernent généralement des minorités ethniques ou ont été provoqués par l’éclatement des anciens États fédéraux [5] Pour plus de détail, voir Jean-Paul Sardon, « Europe....Dans tous ces pays, où l’effectif de la population diminue, le solde naturel est négatif.6Si les pays d’Europe occidentale sont, à des degrés divers, des pays d’immigration, c’est loin d’être le cas en Europe centrale et surtout en Europe orientale, ce qui y accentue la baisse de la population.8La population de l’Union compte actuellement 459 millions d’habitants ; cinq des États membres dépassent 40 millions d’habitants, un autre approche ce seuil (la Pologne) et treize d’entre eux n’atteignent pas les 10 millions.L’élargissement s’est traduit par une augmentation importante de la part des États peu peuplés, qui a fait tomber la moyenne par pays de 25 à 18 millions d’habitants.

Leave a Reply